“Si vous êtes ressuscités avec Christ, cherchez les choses qui sont en-haut,
où Christ est assis à la droite de Dieu” (Colossiens 3: 1)

Le Vendredi Saint nous amène au paroxysme de l’histoire de l’incroyable humiliation de Dieu. Le Divin, qui a quitté la demeure céleste et est devenu un être humain en Jésus-Christ, et qui a subi l’ignominie de la mort par crucifixion. Empalé sur une croix, il nous a révélé la profondeur de notre état de péché et jusqu’où Dieu ira pour notre salut.

Le crucifié a été mis dans un lieu d’inhumation. Trois jours plus tard, il est ressuscité des morts, en offrant par ce truchement le fondement de notre vie de courage et notre rassurante espérance. Dieu a ressuscité du chaos de la mort celui qui a fait face à la plus grande désolation de l’abandon. Et Dieu fit ceci au nom de l’humanité et de toute la création.

La célébration de Pâques est une métaphore de la destruction de la puissance de la mort et un signe de la nouvelle naissance, une nouvelle vie et de nouvelles possibilités. Il nous donne un rappel de la manière dont Dieu peut relever celui qui est tombé, libérer les opprimés et donner la paix à l’épuisé.

Il n’est nullement surprenant que, dès les premières années du christianisme, le jour de Pâques fût un temps pour le baptême. Ceux qui sont immergés dans le Christ sont enterrés avec lui dans les eaux du baptême et sont ressuscités avec lui à une nouvelle vie. Conduits de la tombe du baptême, ils voient les choses sous un nouveau jour; ils discernent et perçoivent d’une nouvelle perspective; leur rencontre avec la grâce de Dieu les amène à la vie dans une nouvelle dimension.

La vie baptismale que nous sommes appelés à vivre implique un cycle de mourir et de ressusciter avec le Christ. Nous connaissons la profondeur de la douleur qui fait partie intégrante de notre environnement terrestre et nous connaissons les hauteurs de la grâce que nous ne pouvons seulement expérimenter qu’avec les yeux de résurrection. Pour nous, Dieu fait toutes choses nouvelles.

Quand le mal a fini de faire son pire, la puissance et l’amour de Dieu demeurent un rempart contre le désespoir. Nous levons nos regards vers le haut, et ainsi, les choses du monde perdent à la fois leur attrait et leur importance. Nous sommes habilités par la foi de courage parce que, ressuscités avec le Christ, la vie qui est maintenant en nous est la vie éternelle que rien dans ce monde ne pourra détruire.

Neville Callam
Secrétaire Général
Alliance Baptiste Bondiale

(Traduit en Français par Koffi Soké Kpomgbe)