Affranchi  de tout par le Christ

C’est le jour où des disciples effrayés, terrés derrière des portes closes, ont embrassé la solidarité de la misère. Affligés, ils ont partagé la solidarité de la perte ; endeuillés, leurs esprits étaient boursouflés par la déception.

Jésus, leur Seigneur, avait été crucifié. Mort, il avait été enterré. Des disciples qui avaient quitté leurs maisons et leurs moyens de subsistance pour  le suivre et qui furent  lors abandonnés  à contempler leur perte indescriptible. Il n’y avait  point de mots pour décrire leur chagrin ; leur douleur, point d’écritoire  pouvait  l’expliquer. Que pourrait  donc faire ce groupe de partisans déçus si ce n’est de  maudire leur sort et  de compter le coût de leur erreur supposée en suivant Jésus ?

Mais c’était le  dimanche ! Bientôt, leur tristesse disparaîtrait. La douleur qui les consumait devait conduire  à une fin glorieuse. Une joie qui embrasse tout  viendrait consommer  leur douleur perçante  parce que ce dimanche-là, lorsque  les disciples perplexes furent  réunis, ce fut  le premier jour de Pâques.

Et aujourd’hui, c’est  encore le jour de Pâques ! Des Eglises de l’Orient et  de l’Occident, du  Nord et du  Sud ; Catholique et Orthodoxe, Protestante, Evangélique et Pentecôtiste – éclatent dans la célébration de la  bonne nouvelle  de la résurrection de notre Seigneur Jésus.

Christ a terrassé  l’ennemi qu’on appelle la mort. Il a triomphé de  ses adversaires, saisissant  un espoir éclatant dans l’obscurité de la tombe ! En  mourant, il garantit  notre salut .En  ressuscitant, il scelle notre libération.

Et sa résurrection confirme que nous pouvons rire le soir de la nuit la plus sombre. Nous pouvons nous réjouir quand les lions féroces nous traquent. Nous pouvons trouver des raisons de nous réjouir, même si, en maudissant notre sort, nous nous sentons emprisonnés dans la fosse du désespoir.

C’est le jour de Pâques et c’est ce que nous savons : même si nous passons à travers la nuit noire de la douleur, le matin se pointe bientôt. La lumière brille à dissiper les ténèbres ; l’espoir renait  pendant que  notre Seigneur nous donne à nouveau  le don de la vie en abondance.

Après avoir surmonté les épreuves de la vie et l’obscurité de la mort, Jésus donne un nouveau souffle dans les esprits brutalisés par l’incrédulité, souillés par le cynisme, ou paralysés par la peur.

Ressuscité avec un corps spirituel, Jésus renouvelle et revitalise les corps  qui sont sujets  à  la lutte, blessés par la désobéissance, ou défigurés par des actes répréhensibles.

C’est le jour de Pâques! Jésus souffle en nous l’espoir lumineux qui perce l’obscurité qui englobe tout.

Et chaque dimanche est le jour de Pâques perpétuellement. Au cours de la semaine, quand notre vie est  sujette à un rouleur caboteur,  chargée d’expériences incompatibles, nous découvrons, à travers le cycle de mort et de la résurrection, le mystère de la foi renouvelée et, par la grâce de Dieu, nous sommes transformés par l’espérance.

Réjouissez-vous! C’est le  jour de résurrection ! Baptisés dans la mort de notre Seigneur et rendus à la vie par sa résurrection, nous sommes, en effet affranchis de tout !

Baptist World Alliance®
© April 11, 2014